LIVRE GUERIR PAR L’ALOE (142 PAGES)

16,00 

Rupture de stock

Dans de nombreuses cultures les préparations à l’aloès représentent un élément important de la médecine populaire. Voici un aperçu des expériences précieuses des différentes populations.

La médecine africaine traditionnelle

L’application de l’aloès sur les brûlures est connue depuis toujours en Afrique. Beaucoup de peuplades africaines prennent des préparations à l’aloès sous forme de jus, gel, thé, baume et décoction. Certaines tribus utilisent les feuilles hachées de l’aloès comme tabac à priser. La médecine traditionnelle africaine applique l’extrait d’aloès, c’est-à-dire de jus pur, en cas d’infection grippale, d’inflammations avec fièvre, troubles de la menstruation, maladies ophtalmiques, atropie musculaire, hémorroïde, constipation, ainsi que contre les morsures de serpent. L’action antitoxique de l’aloès est donc bien connue en Afrique.

La médecine traditionnelle en Inde

La médecine indienne connaît une foule d’applications de l’aloès. En plus des feuilles, on utilise aussi les rhizomes. La médecine ayoveda transforme l’aloès en capsules gélatinées, en suppositoires pour les hémorroïdess, en sirop pour les troubles digestifs, glandulaires ou splénique, pouvant également améliorer la vue. Pour les troubles rectaux on ajoute au suc d’aloès des boulettes de coton pour la fabrication de suppositoires. La médecine populaire utilise le gel d’aloès en application locale contre les migraines. En Inde et au Népal on appelle l’aloès indica « kumari », c’est-à-dire le « divin ».

Informations complémentaires

Poids 0.420 kg